Prototype EVE

 

 

RENAULT EVE * 1980

 

Emission TV de l'époque :

 

 Le Salon de l'Automobile de Paris 1980 marque la première prise de conscience de la crise de l'énergie. La combattre est un devoir qui va concerner tous les constructeurs automobiles qui chacun va trouver des solutions efficaces ou audacieuses.

Deux modèles, EVE (conçue par la Régie Renault) et VERA (Société automobile Peugeot) en sont les vedettes.

Dès 1978 l'Agence pour les économies d'énergie (crée en 1974) demandait aux deux groupes Renault et Peugeot-Citroën de réaliser un prototype permettant de savoir jusqu'ou l'on pouvait aller dans la recherche de l'économie avec les connaissances actuelles et en utilisant les modèles existants.

 

 

 Un accord est conclu avec Renault en juillet 1979 pour tester des solutions qui peuvent avoir des retombées dans le milieu de gamme  (ou EVE se situe par ses prestations) mais aussi sur l'ensemble des véhicules de la marque.

 

Les 2 stars du Salon

 

Témoins de la recherche effectuée en France, les véhicules expérimentaux EVE et VERA "serviront d'inspiration à ceux qui rouleront sur nos routes et autoroutes". Les recherches s'effectueront dans quatre domaines :

- l'aérodynamique ou il est possible de gagner sur le CX en tenant compte des contraintes dues à l'habitabilité, la visibilité, au style et à la circulation de l'air destiné au refroidissement.

- la masse du véhicule : le poids étant son principal ennemi, il faut réussir à diminuer sa masse sans sacrifier au confort ou à la sécurité, c'est la voie ouverte aux nouveaux matériaux comme les plastiques, les aciers à haute limite élastique, l'aluminium.

- la transmission : le moteur qui équipera EVE est un moteur classique qui réalisera le compromis entre les performances et sa consommation. Pour une meilleure exploitation il disposera de 5 ou 6 vitesses automatiques dont le contrôle (carburation, allumage, rapport de transmission) sera confié à un micro processeur.

- la résistance au roulement : pour la diminuer on agit sur les dimensions des pneumatiques (à carcasse radiale), leurs dimensions et leur pression d'utilisation, le tout sans nuire au confort et à la tenue de route.

Contrat rempli

 

Ce laboratoire roulant support de solutions nouvelles, avait en juin 1981, largement rempli son contrat, avec les consommations suivantes : 4,1 L à 90 km/h, 5,5 L à 120 km /h et 6,6 L en cycle urbain, soit 33 % de moins d'habitabilité comparable mais aussi 10 % de moins que la Renault 5, qui à l'époque détenait le record du monde de l'économie de carburant.

A ce stade, les améliorations n'ont porté que sur deux postes :

- l'aérodynamique : là ou le CX de la moyenne de la production européenne est de 0,42 , celui de la EVE est d'environ 0,239 soit un gain de 43 %. A cette époque, la GSA Citroën dont le CX est une réussite est 0,31 et l'Alpine Renault Berlinette si basse et si fine soit elle atteint 0,40.

- motorisation avec l'adaptation optimale et permanente du groupe moto propulseur aux conditions instantaneés de marche, en faisant intervenir l'électronique pour l'allumage. Une transmission intelligente du type à variation continue, genre DAF Variomatic, à été prévue.

Le conducteur  qui dispose de deux pédales (accélérateur et frein) n'agit plus sur le papillon du carburateur mais sur un potentiomètre solidaire de la pédale qui envoie une tension variable vers un micro processeur, qui détermine alors le rapport de transmission à établir en fonction de la vitesse à laquelle roule le véhicule. 

 

 

L'emploi d'un moteur (Renault 5) et d'une transmission continue existants et non optimisés, le souci de ne pas recourir à des solutions d'avant-garde, économiquement inaccessibles à la grande série, ont permis un poids total de la voiture de 845 kg.

 

 

 

Ces résultats sont provisoires et les travaux se poursuivront à l'avenir dans le cadre du programme EVE + en faisant intervenir des moteurs à combustion optimisée et différentes transmissions, dont une à récupération d'énergie au cours des ralentissements.

Commentaires (3)

1. Thomas 07/05/2016

J'ai grandi avec la R18 de mes 1an à mes 16ans. Je vénérais la 18 TL de mon père qui était un millésime 1980-1981.mon père la changera en 1996 totalisant 188000 kilomètres. La corrosion à eu raison d'elle.... Superbe voiture couleur peu commune en vert 921.
Merci pour votre site.

2. le saux 13/02/2013

la 18 trés bonne auto simple , fiable et solide comme on n'en fait plus ,mes parents ont eu 2breaks GTL, un de1981, l'autre de 1985 environ jamais de soucis

3. amine 04/02/2012

merci pour les infos, très bon site, j'ai gardé d'excellents souvenir de la r18 de mon père, il l'a acheté en septembre 83 à Paris et nous l'avions reçu un mois plus tard à Alger, c'été un 1397cm3, 5 vitesses, bleu métallisé, nous l'avons vendu en 2003 après plus de 500.000 km au compteur, moteur jamais ouvert ! une voiture robuste.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×